Pourquoi la culture d’entreprise chez IWC n'a rien à voir avec les attitudes ou le comportement du luxe

Ils évoluent dans l'industrie horlogère traditionnelle, ils se voient très progressistes - le langage est celui de l'horloger IWC. Dans la première partie de l'entretien, Julia Viehweider, responsable de l'équipe des business partner ressources humaines, apprentissage et développement, et René Behr, directeur des ressources humaines monde et membre du Comité Exécutif, expliquent l'influence de la culture d’entreprise sur ce point.

Il s'agit de la culture d’entreprise chez IWC. Sur votre page d'accueil, j'ai pu lire que 90% des employés d'IWC sont fiers de dire aux autres qu'ils travaillent pour vous. Comment arrivez-vous à ce résultat-là ?

René : Eh bien, tout d'abord, nous pouvons certainement le faire avec nos produits. Toutes nos familles de produits sont fortement liées à notre histoire et les histoires qui les sous-tendent créent une forte identification avec les valeurs et la culture d'IWC. Lorsque nos collaborateurs constatent que les montres sur lesquelles ils ont travaillé, directement ou indirectement, sont portées avec fierté dans le monde entier, ils y trouvent une estime incroyable. De nombreux employés portent eux-mêmes une montre IWC et la montrent fièrement à leurs amis et à leur famille.

Deuxièmement, IWC est fortement enracinée dans la région de Schaffhouse et jouit d'une très bonne réputation - c'est pourquoi les gens aiment à dire qu'ils travaillent chez IWC. Et troisièmement, c'est certainement aussi dû au fort sens de la communauté, au fort esprit d'équipe et à l'atmosphère de travail familiale chez IWC - malgré notre taille. Nous employons environ 1 400 personnes dans le monde, dont la moitié travaillent ici à Schaffhouse.

Julia Viehweider Rene Behr3

Julia Viehweider (à gauche) responsable de l'équipe des business partner ressources humaines, apprentissage et développement, et René Behr (à droit), directeur des ressources humaines monde et membre du Comité Exécutif

« Nous sommes un peu comme une famille là-bas : parfois les gens se disputent, puis ils se réconcilient et finalement ils font la fête ensemble au dîner de famille. »

 Comment cette relation familiale se manifeste-t-elle dans la vie professionnelle quotidienne ?

René : Par exemple, chaque collaborateur peut contacter à tout moment notre CEO ou tout autre membre de la Direction Générale. Nous vivons dans une hiérarchie plate et nous y voyons une occasion de favoriser notre atmosphère familiale. Nous avons également de nombreux employés de longue date, dont certains travaillent ensemble depuis plus de 30 ans. Vous savez quand quelqu’un d’autre passe une mauvaise journée alors on s'entraide ou cherche des solutions ensemble. Je pense qu'il est tout à fait normal que les opinions divergent de toute façon. Ce qui est beaucoup plus important, c'est que de la compréhension mutuelle soit montrée. « Nous sommes un peu comme une famille là-bas: parfois les gens se disputent, puis se réconcilient à nouveau et finalement nous célébrons ensemble au dîner familial. »

Les relations familiales et les hiérarchies horizontales sont-elles donc votre recette secrète pour attirer les employés ?

René : Cela y contribue certainement. Mais il y a d'autres raisons à cela, comme le contenu attractif des emplois ou l'environnement de travail agréable. Nous avons également reçu ce retour de nos employés dans le cadre du sondage Great Place to Work®: 87% de nos employés ont déclaré que nos bâtiments et installations contribuent à un bon environnement de travail. Et nous nous en assurons : l'année dernière seulement, nous avons ouvert le nouveau centre de fabrication avec ses magnifiques postes de travail. Plus particulièrement, en tant que marque horlogère, nous sommes très progressistes - et pas seulement en matière d'innovation et de développement. Par exemple, nous encourageons nos employés à réduire leur empreinte carbone en laissant leur voiture à la maison et en utilisant les transports publics pour se rendre au travail. Ou nous activons le Flex-Time et le Home Office là où nous le pouvons. Tout cela est assez inhabituel dans l'industrie horlogère très traditionnelle. Et pourtant, nous faisons tout cela parce que nous sommes convaincus que nous pouvons créer une très bonne culture d’entreprise - et donc une plus grande valeur ajoutée - avec des méthodes de travail modernes et des relations basées sur la confiance, les uns envers les autres.

« Mais il est également important pour nous de donner une impression authentique dans nos entretiens avec les candidats et, d'une part, rapprocher ce monde de rêve, ce monde du luxe, des gens, mais aussi d’autre part montrer que nous sommes une entreprise très terre à terre où la coopération se caractérise par notre sens de la communauté - et non par des attitudes ou des comportements que l’on retrouve dans l’industrie du luxe. »

 Être progressiste tout en restant familial ou traditionnel, n'est-ce pas compliquer d’équilibrer tout cela ?

René : Oh non, je ne crois pas. Il y a 150 ans, lorsque la IWC a été fondée, elle se caractérisait par cette combinaison d'horlogerie traditionnelle et d'industrialisation progressiste. Florentine Jones a déjà réussi à combiner la production industrielle avec l'art de l'horlogerie suisse - une recette qui fonctionne encore très bien aujourd'hui.

Julia : Je le vois de la même façon : le fait que Schaffhouse ait été choisi comme site de notre entreprise était déjà très inhabituel à l'époque. Il est dans notre ADN de penser de façon progressiste et d'être inventif. A l'époque comme aujourd'hui, il fallait regarder au-delà des frontières de Schaffhouse pour attirer des collaborateurs qualifiés qui, surtout dans le secteur horloger, sont traditionnellement plus présents en Suisse occidentale. Aujourd'hui encore, nous continuons de recruter à l'échelle nationale et internationale. Ici aussi, nous devons parfois faire preuve d'une certaine inventivité, par exemple en proposant un ensemble de cours de langues pour faciliter l'intégration en Suisse alémanique. D'une part, parce que nous opérons sur un marché de l'emploi très fortement axé sur les demandes d'emploi et, d'autre part, parce que nous avons toujours considéré l'internationalité et la diversité comme un grand avantage pour notre culture professionnelle - après tout, IWC signifie "International Watch Company".

Dans les grandes entreprises - ou dans votre cas également - internationales, c'est un grand défi que de vivre les valeurs - comment relevez-vous ce défi ?

Julia : Cela a beaucoup à voir avec la cohérence. Cela commence déjà dans le processus de recrutement, où nous communiquons les valeurs aux candidats. Dans les salons de l'emploi, par exemple, nous avons toujours une table d'horloger et un horloger avec nous qui montre aux gens ce qu'il y a dans une montre. Bien sûr cela est inspirant. Mais il est également important pour nous de donner une impression authentique lors de nos entretiens avec les candidats et, d'une part, de rapprocher ce monde de rêve, ce monde du luxe, des gens, mais aussi d’autre part de montrer que nous sommes une entreprise très terre à terre où la coopération se caractérise par notre sens de la communauté - et non par des attitudes ou des comportements de luxe. Nous véhiculons cette image réaliste et authentique lors du processus d'embauche puis, bien sûr, lors de l'intégration de nouveaux collaborateurs.

Comment puis-je m’imaginer votre processus d'intégration ?

Julia : Nous organisons tous les deux mois une journée d'accueil, par exemple, où nous familiarisons les gens avec nos valeurs - notre monde IWC - et leur montrons où ils apportent leur contribution dans le processus de développement du produit. Je veux dire, chacun d'entre nous est comme un rouage dans le mouvement, contribuant au produit d'une certaine façon : de la fabrication à la commercialisation jusqu'au client qui porte la montre à son poignet. Parfois, c'est très évident, par exemple, lorsque vous vissez directement sur la montre. Mais parfois, vous n'avez tout simplement pas la montre directement dans la main, par exemple dans les fonctions support - et pourtant, vous apportez une contribution précieuse. Nous transmettons cette appréciation holistique de chaque individu par le biais de notre forte compétence en matière de narration d'histoires, en entrecroisant les relations et en construisant des liens entre les contenus et, bien sûr, par le biais de nos managers, qui donnent le bon exemple. Il s'agit donc d'un processus continu et d'un discours interne sur la culture d’entreprise qui recommence avec chaque nouvel employé et qui ne sera donc jamais fini complètement.

Que se passe-t-il si quelqu'un ne respecte pas ou viole vos valeurs ?

Julia : Nous sommes très cohérents et n'avons pas peur des mesures disciplinaires. Bien sûr, nous essayons d'abord tout ce qui est en notre pouvoir pour apporter de la perspicacité et des changements de comportement. Après tout, chacun a droit à un retour d'information et à la possibilité de modifier son comportement. Mais il y a aussi des interdits que nous ne pouvons tout simplement pas et ne voulons pas accepter.

René : C'est exact. Si nous constatons que quelqu'un viole fortement nos valeurs, notre éthique et nos principes moraux, alors nous nous séparons aussi de cette personne. Cette attitude constante est également très appréciée par nos employés, comme l'a confirmé le sondage Great Place to Work® auprès d’eux.

Mais les valeurs de l'entreprise contribuent aussi à améliorer l'adéquation culturelle lors du recrutement ou de la recherche de nouveaux collaborateurs - est-ce également le cas pour l'entreprise ?

René : Oui, tout à fait ! Une valeur très importante pour nous, par exemple, est le sens des responsabilités. Parce que nous aspirons à la perfection et essayons de devenir encore meilleurs dans tout ce que nous faisons. Nous recherchons donc des collaborateurs qui veulent prendre la responsabilité de trouver la solution idéale, ce qui est très intéressant pour nos candidats. Nous recherchons également des collaborateurs qui peuvent se mettre à la place de nos clients. Des émotions fortes sont associées à nos produits, c'est pourquoi le client est toujours au centre de nos actions. Ici aussi, de nombreux candidats peuvent être trouvés. Enfin et surtout, des valeurs telles que la compréhension mutuelle et la coopération intéressent également un grand nombre de candidats. Les meilleurs ambassadeurs sont nos collaborateurs - ils transmettent notre culture d'entreprise de manière authentique, en indiquant clairement aux candidats que ces valeurs sont particulièrement chères à nos yeux.



« Blog
+41 43 817 65 67
© Great Place To Work® Institute. All Rights Reserved.
made with by CIC