« Nous n'avons pas besoin d’avoir les tempes grisonantes pour prendre nos responsabilités. »

Dans la première partie de l'entretien avec IWC, nous avions parlé de l'attractivité employeur, de l'impact des valeurs de l'entreprise sur le recrutement et de ce qui se passe lorsque les valeurs ne sont pas respectées. Dans la deuxième partie de l'entretien, Julia Viehweider, Responsable HR Business Partners, et René Behr, Global HR et membre de la Direction générale, expliquent pourquoi les programmes, la formation conçus conjointement et le comportement du CEO sont si importants pour rendre ces valeurs tangibles. Et pourquoi vous n'avez pas besoin d‘avoir les tempes grisonantes pour prendre des responsabilités.

Julia Viehweider Rene Behr6

Julia Viehweider (à gauche) responsable de l'équipe des business partner ressources humaines, apprentissage et développement, et René Behr (à droit), directeur des ressources humaines monde et membre du Comité Exécutif

Dans la première partie de l'entretien, vous avez expliqué que vos employés sont les meilleurs ambassadeurs de vos valeurs. Quels autres éléments sont importants pour communiquer vos valeurs ?

René : Vous aimeriez que les valeurs de l'entreprise soient imprimées partout et accrochées sur tous les murs de l'immeuble. Mais les rendre visibles ne suffit pas. Il faut parler de manière proactive des valeurs de l'entreprise et donner l'exemple, sinon les valeurs sont inutiles et deviennent "sans valeur". C'est pourquoi notre devise est : moins de brillance et plus de comportements observables et de feedback direct. Au lieu d'accrocher nos valeurs à un mur quelque part, nous en parlons, nous en faisons un sujet et, enfin, nous passons en revue nos actions quotidiennes. Pour créer cette prise de conscience, nous avons besoin avant tout que les managers donnent l'exemple. Dans le cadre de notre programme de perfectionnement des cadres qui connaît un grand succès, nous transmettons ces attentes à nos managers et nous leur apprenons comment appliquer les valeurs de l'entreprise dans leur rôle et dans leur travail quotidien de leadership.

Qu'y a-t-il d'autre pour que les valeurs de l'entreprise soient réellement vécues ?

Julia : Un aspect important est d'impliquer les employés dans la planification des mesures. Lorsque nous planifions des actions comme la Journée de la santé, nous ne nous contentons pas de mettre sur pied un programme que nous jugeons bon sans tenir compte des commentaires des départements. Nous les approchons plutôt ou mettons sur pied des équipes de projet avec des représentants de différents services pour savoir ce que les gens aiment le plus et s'ils ont des suggestions. Les collègues de la commission BGM, par exemple, participent également à l'organisation d'un tel événement. Avec nous, cela ne se limite pas seulement aux événements pour les employés - nous organisons aussi beaucoup de sessions de formation ensemble ! Nous ne pouvons même pas savoir ce dont ont besoin ceux qui sont experts dans les domaines tant que nous ne leur avons pas parlé. C'est pourquoi nous travaillons avec eux pour développer des programmes parfaitement adaptés aux besoins de l'équipe. Les employés savent aussi que leur apport est pris en compte et 'ils ont toujours de nouvelles idées à proposer.

Comment puis-je imaginer une telle formation développée conjointement ?

Julia : Par exemple, nos acheteurs voulaient suivre une formation aux techniques de négociation. Cette formation a ensuite été développée en étroite collaboration entre l'équipe Learning & Development, un formateur externe, le chef de division et les employés eux-mêmes. Et plus nous faisons des personnes concernées des participants, plus elles sont satisfaites au bout du compte - et mieux les formations sont reçues. Nos formations sont si populaires que nous avons parfois de longues listes d'attente. Je ne peux donc que recommander chaleureusement cette approche collaborative. Si quelqu'un de chaque groupe d'employés veut s'impliquer, c'est beaucoup plus efficace que si vous inventez discrètement de grands concepts qui ne passeront peut-être même pas.

René : Un autre exemple de cela est notre fête de Noël qui a été organisée l'année dernière par un groupe de personnes de différents départements. C'était une célébration parfaite, tout le monde était heureux et enjoué et le PDG a par ailleurs félicité personnellement l'équipe d'organisation sur scène une fois de plus. Bien sûr, vous ressentez de la fierté quand vous obtenez une telle reconnaissance !

IWC GL Workshop3

À-propos de votre PDG : comment illustre-t-il vos valeurs ?

René : Notre CEO (n.d.l.r. Christoph Grainger-Herr) est avec nous depuis plus de onze ans et a travaillé dans différents départements et dans différentes fonctions. Il connaît très bien l'entreprise et ses collaborateurs et est donc très proche, tant à Schaffhouse qu'à l'étranger. Un exemple : notre voyage d'anniversaire a lieu une fois par an. La journée commence dès 7h45, mais Christoph apparaît toujours en personne, discutant un peu avec les invités de l'anniversaire et les félicitant. Il participe également à l'apéritif et au Z'Nünis chaque fois que c'est possible. Lorsque nous avons célébré notre certification Great Place to Work, Christoph était également présent et a prononcé un court discours pour remercier les employés. Mais sa porte est aussi toujours ouverte tous les jours et les gens l'approchent directement du fait de notre hiérarchie plate et vice versa. Il ne parle pas seulement des produits et de la culture d’entreprise, mais aussi de questions personnelles - vous pouvez constater qu'il est très intéressé par le bien-être de ses employés.

Votre PDG voyage beaucoup à l'étranger, plus de la moitié de vos employés travaillent à l'étranger - comment gérez-vous la diversité dans votre culture d’entreprise?

René : Nous considérons la diversité comme un aspect important qui est à la base de notre culture d’entreprise. Après tout, IWC signifie "International Watch Company". D'une part, nous avons la diversité à travers nos différents sites et nationalités, mais aussi à travers nos différentes fonctions et départements. Par exemple, le monde de la production et le monde du bureau diffèrent naturellement à bien des égards. Et parce que nous sommes conscients de ces différences et que nous voulons faciliter les échanges et la compréhension, nous essayons de les mettre faire se renconter au mieux afin de créer un réseau, ce qui, franchement, n'est jamais facile. Les défis sont nombreux et variés, par exemple dans le domaine du travail à domicile. Ce n'est pas si facile en production, car vous ne pouvez tout simplement pas ramener la machine à la maison avec vous. Ou si vous travaillez dans une boutique, vous ne pouvez pas demander à vos clients de venir chez vous. Nous avons exigences différentes et nous ne fermons pas les yeux dessus, au contraire nous essayons de les équilibrer et de mettre en œuvre des actions qui font que personne n’estt jaloux, ce que nous avons réussi à faire assez bien jusqu'à présent, je crois. Et parce que nous sommes conscients de notre diversité, nous échangeons nos idées entre départements, nous faisons preuve de compréhension mutuelle et nous nous engageons à éviter les silos. Nous le faisons, par exemple, en mélangeant délibérément des employés de la production avec des employés des ventes ou de bureau dans les formations susmentionnés. Mais notre diversité profite aussi à notre attractivité en tant qu'employeur actif sur le plan international car nous avons tendance à attirer des talents internationaux de cette manière. Après tout, faire venir des employés de Shanghai, de Londres ou de Paris à Schaffhouse n'est pas chose facile.

Les déclarations des employés sur votre site Web, où vous pouvez lire qu'en tant qu'employé vous obtenez rapidement responsabilité et liberté, aident-elles également à l'acquisition de talents ?

Julia : Nous sommes une jeune entreprise où les jeunes prennent très vite des responsabilités et cela plaît beaucoup aux gens. Je pense que cela nous distingue également d'autres entreprises où vous devez avoir les tempes grisonantes avant de pouvoir prendre des responsabilités. C'est pourquoi, en tant qu'employeur, nous attirons également des personnes talentueuses qui préfèrent vivre dans une grande ville et donc faire la navette tous les jours de Zurich à Schaffhouse. Je suis moi-même l'un d'entre eux et j'aurais pu chercher un emploi à Zurich. Mais je trouve l'équipe et le travail ici tellement excitants et amusants que j'entreprends depuis quatre ans un trajet plus long pour me rendre au travail. Et cela malgré le fait que je suis en fait un lève-tard !



« Blog
+41 43 817 65 67
© Great Place To Work® Institute. All Rights Reserved.
made with by CIC